Choisir sa cible lorsqu’on est indépendant

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Emilie Martinez est graphiste et directrice artistique. Vous pouvez retrouver ce qu’elle fait sur son site internet et / ou sur son Instagram. Dans ce témoignage, Emilie vous raconte quelle a été sa réflexion pour choisir sa cible, question que tous les entrepreneurs doivent un jour se poser. Je lui laisse désormais la parole.

Je suis Emilie, graphiste & directrice artistique.

La Studette graphique, c’est le studio graphique des métiers qui embellissent la vie.
 
J’aide les indépendantes à prendre conscience du mieux-être prodigué par la beauté, le soin ou le style et à développer l’acquisition de clients grâce à une image pimpante en ligne !
 
Je les accompagne pour les révéler sur le web au lancement de leur activité afin d’être visibles, crédibles et confiantes.
 
J’accompagne également celles qui, après quelques années d’activité, souhaitent aligner leur image digitale à leur niveau d’expertise et ainsi passer leur entreprise au niveau supérieur.
 
Cela passe par un relooking de leur site ou de leur identité visuelle.
 
Je crée leur site web en traduisant visuellement leur savoir-faire et leur savoir-être.
 
J’aime soigner chaque détail, la cohérence et l’esthétique afin qu’elles puissent délivrer une image professionnelle et positive à leurs prospects, qui les « rencontrent » souvent pour la première fois en ligne.
 
En faisant profiter mes premières clientes de mon expérience de 18 ans de directrice artistique pour les mettre en valeur, j’ai constaté la fierté et la confiance qu’elles avaient à communiquer sur leur activité.
 
Grâce à leur site, cette identité visuelle professionnelle et différenciante a concrètement et rapidement boosté leur développement, particulièrement pour les métiers liés à l’esthétique.
 
Elles ont gagné un temps précieux, qu’elles ont pu dédier à leur métier-passion.

Choisir sa cible en tant qu’indépendante ?


Choisir sa cible, c’est partir de soi et chercher une vision, des valeurs communes.

J’ai lancé mon activité indépendante car j’avais envie d’exercer mon métier de directrice artistique et d’apporter mon aide à tous les entrepreneurs grâce à mon expérience.

Le blocage a commencé quand j’ai constaté que je n’arrivais pas à écrire de posts et que j’avais un réel frein pour contacter de potentiels clients… Que dire quand on ne sait pas à qui on s’adresse ? 
 
Alors j’ai tenté de m’exprimer sur mon métier, mes prestations… mais j’avais la sensation d’être trop généraliste et de me noyer dans la masse des « graphistes ». Je n’y prenais aucun plaisir, je ne trouvais pas cela naturel et encore moins authentique.

J’aime mon métier c’est une certitude, mais pour l’exercer je répondais et m’adaptais aux demandes variées des clients en leur proposant du sur-mesure, toujours. Un casse-tête à chaque fois pour poser mes prix !

Je le comprends aujourd’hui : ne pas savoir à qui je parlais était mon plus gros frein dans la prospection et dans ma proposition d’offres.

Au moment où j’ai commencé mon accompagnement avec Destination Clients, je savais déjà qu’il fallait que je me spécialise (je pensais d’ailleurs l’être suffisamment en visant « seulement » les indépendants !…). J’avais conscience que parmi les projets déjà réalisés jusqu’ici, j’en avais aimé plus certains que d’autres. C’était avec ceux-là que je m’étais sentie le plus à l’aise, légitime, utile… et même la plus compétente, sans réellement identifier les raisons.

La recherche de ma cible idéale m’a permis de comprendre pourquoi.

J’ai rapidement compris que « se nicher » était la solution, et c’est ce vers quoi je souhaitais aller. J’ai découvert dans le groupe des expos (groupe Facebook où se retrouvent les clients de chez Destination Clients) les expériences d’autres graphistes ou directeurs artistiques. C’était rassurant, inspirant et confirmait cette conviction. Et pourtant… une petite bataille de « oui maiiiis… » se jouait dans ma tête : « choisir c’est renoncé », « se nicher c’est se fermer des portes », « et si je faisais le mauvais choix… »…

Comment choisir la personne que j’avais envie d’aider le plus ? Quel est son métier, son activité ? Pleine de doutes, ces questions amenaient une certaine peur qui m’empêchait de passer à l’action.

Le fameux client idéal : c’est une des étapes de la formation qui m’a demandée le plus de réflexion, le plus de temps… Et c’est de prendre ce temps qui a été bénéfique.

Prudente, j’ai finalement resserré l’entonnoir à mon rythme, par étape. Je me suis mise à l’action plutôt que de trop réfléchir. A chaque pas, je prenais le temps de me faire à cette idée, de contrarier mes pensées limitantes. Je validais qu’il s’agissait du bon chemin en faisant beaucoup de recherches sur les métiers, leur écosystème, leur manière de communiquer…

J’ai décidé de valider ces pistes en partant de moi : qu’est-ce qui me plaît dans mon métier, mais aussi dans la vie ? Quelles sont mes convictions, mes valeurs ?…

J’ai établi une liste et finalement tout était là. J’ai par exemple ce petit côté épicurien et cette attirance pour les « jolies » choses, qui me procurent du positif au quotidien : les belles images, la décoration, la typographie, l’artistique, les couleurs, les motifs, les fleurs, les fringues, le makup, le soin…
J’ai aussi défini la vision que j’ai de mon métier : je sais et je suis convaincue qu’une belle image est un vrai vecteur de crédibilité, de différenciation pour une entreprise. Je vois tout de suite ce qui pourrait être amélioré, mis en valeur pour en faire des atouts. Embellir et aider.

C’est avec cela que je suis repartie à la quête de mon client miroir ! J’ai rédigé de nouveau mon questionnaire et j’ai repris les interrogatoires. Les réponses que j’ai trouvé les plus intéressantes et qui ont vraiment fait tilt, sont celles qui répondaient à cette question : « pourquoi avez-vous choisi d’exercer ce métier ? ». Leurs réponses m’ont réellement parlées, m’ont touchées…

Dans leurs discours, j’ai retrouvé cette même vision et ces points communs entre les métiers liés à l’esthétique et ceux du graphisme : d’abord un métier-passion, une sensibilité artistique, un sens de l’esthétique évidemment, des connaissances techniques prodiguées pour rendre meilleur, valoriser, apporter un mieux-être, conseiller et aider. Et surtout, ce sont des métiers où l’humain tient une place centrale.

Apporter le bien par le « beau » avec générosité et humanisme, bien au-delà de l’aspect superficiel ou futile : voilà notre lien commun !

Bien plus que de choisir le métier de mon avatar, il s’agissait en fait pour moi d’être en phase avec une vision et des valeurs communes. C’était aussi assumer ce côté coquette, qui ne me définit pas totalement mais qui fait partie de moi depuis toujours. C’était mettre en avant ce que j’aimais dans la vie, de manière plus personnelle et rentrer en contact avec des personnes qui le partage.

Mon goût pour le design, le joli, le style, le soin du détail et mes compétences professionnelles, misent au service des métiers d’image et d’embellissement faisaient alors sens et tout semblait s’aligner.

J’ai cette impression aujourd’hui de savoir où je vais, de communiquer de manière plus fluide, d’apporter vraiment quelque chose car ma cible a conscience de l’importance de soigner son image pour le bien-être et la crédibilité de son activité. Avec elle, il y a des vrais échanges sur l’aspect visuel : elles ont une appétence pour les couleurs, le style, le design… C’est très agréable ! Elles ont leur personnalité, leurs parcours, leurs savoir-faire, leur savoir-être, leur idéal et je leur permets de traduire cela visuellement. J’ai envie de les aider à être visibles et différentes pour qu’elles s’épanouissent dans leur métier.

Pour finir…


Pour trouver sa cible, il est important de prendre le temps, d’explorer, creuser et de toujours avancer en se sentant aligné avec ses choix (étape par étape, si cela nous semble un peu effrayant).

C’est se demander ce qu’on aime vraiment faire, les valeurs qui nous sont importantes et trouver les points communs qui nous lient à cette cible, même s’ils ne sont pas évidents au premier abord. C’est être curieux de comprendre leur problématique et se poser la question « est-ce que ce sont ces personnes que j’ai envie et que je peux aider ? ». Simplement partir du principe qu’on ne sait pas et laisser ses aprioris de côté.

Trouver sa cible idéale, c’est savoir où aller, communiquer de façon plus naturelle et spontanée, c’est se sentir à sa place et aligné.

Pour les graphistes qui auraient peur de se fermer des portes en se nichant, ma petite expérience montre déjà que grâce à ce choix de cible, j’ai naturellement orienté ma communication sur le thème de l’esthétique, celle de l’image digitale d’une entreprise notamment. Ce discours me donne en fait une posture et une légitimité qui parlent également à d’autres secteurs d’activités et m’ouvrent en fait d’autres portes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez aussi:

4 étapes pour réussir à décrocher un rendez-vous

“Il n’était pas intéressé”, “Il ne m’a pas écouté”, “Il m’a raccroché au nez” …. Je suis prêt à parier que ce sont des mots que vous avez déjà utilisés ou entendus dans un contexte de démarchage / prise de rendez-vous. Mais le problème vient-il toujours de l’interlocuteur ? Spoiler : NON ! Je ne

Lire la suite »

Vendre autant que JUL en 3 étapes

Si vous êtes parent, tonton / tata, OU MARSEILLAIS, vous avez forcément déjà entendu l’un de ses sons. Il est devenu en 5 ans, l’un des artistes les plus écoutés dans l’hexagone. Une montée en puissance assez extraordinaire qui semble, pour certains, difficile à expliquer. Et pourtant, en analysant son parcours, la réussite de cet

Lire la suite »
Les livres blancs à télécharger
20 minutes par jour pour doubler vos prises de rendez-vous
Voici la méthode que j’emploie depuis 3 ans pour avoir un flux régulier de rendez-vous de prospection (et donc de clients).
7 étapes simples pour tripler vos ventes
Comment marquer l’esprit de vos prospects grâce à un positionnement pertinent et efficace.
40 plans d'action prêts à l'emploi pour booster votre prospection
Profitez de cette formation de 50 minutes (offerte!) pour rapidement développer vos ventes.
Mes 10 mails de prospection les plus efficaces
Pas d’idée pour aborder un prospect ? Vous ne savez pas engager la conversation avec un lead ? Voici une solution clé en main :)

Bienvenue sur mon blog !

“Je me suis fixé comme mission d’aider les indépendants à bien vivre de leurs activités.

Vous trouverez sur ce blog des conseils pour mieux prospecter, mieux vendre et fidéliser vos clients.
Bonne lecture !”

Mathieu

Thématiques
Votre programme pour développer vos ventes

Vous êtes entrepreneur indépendant et vous n’arrivez pas à faire décoller votre activité ?

Ne restez pas seul, sans méthode et sans stratégie.

Découvrez comment je peux vous accompagner

Contactez-moi au

“Au plaisir d'en apprendre plus sur vous et votre entreprise !”

Recevez gratuitement Le guide
"20 minutes par jour pour doubler vos ventes"

FORMATION en développement commercial

Nous accompagnons les indépendants dans le développement commercial de leur activité grâce à l’acquisition des bonnes compétences commerciales et marketing.

Destination Clients est un organisme de formation référencé auprès du préfet des Hauts-de-France sous le numéro 32590335259.

Nous sommes certifiés CNEFOP et Qualiopi :